En route pour l’Angleterre

27 mai Cuxhaven

La descente de l’Elbe jusqu’ici m’a semblé très longue cette fois-ci. Mais c’était sûrement dû au temps. Le soleil me brûlait la tête, pendant des heures, il n’y avait aucune chance d’avoir de l’ombre. Même dans la cabine, il faisait encore environ 30 degrés le soir à 18 heures.

Au début d’un voyage, je préfère toujours avoir des nuages ou de la pluie pour pouvoir m’adapter lentement au séjour permanent à l’extérieur. Oui, mais voilà, j’ai toujours navigué à courant contraire, le courant favorable arrivait trop tard et dès le début de l’après-midi, il faisait trop chaud. Une escale à Glückstadt était donc absolument nécessaire.

Je vais maintenant faire une pause d’une journée à Cuxhaven, profiter4 du calme – il ne se passe encore rien dans le port -, humer l’air marin et je prends soin de ma tête et de ma peau.

01 juin Norderney

Les choses se passent toujours différemment de ce que l’on avait prévu. Si j’avais prévu de venir à l’ouest aussi vite que possible pour profiter du vent d’est, je me retrouve maintenant à Norderney 4 jours après Cuxhaven.

Deux raisons principales :

 – Je ne supporte plus ce soleil, il fait tout simplement trop chaud si l’on ne trouve pas d’ombre. De plus, il y a toujours des orages dans l’air. Il est donc certainement préférable de supporter cela en mer plutôt que dans les terres.

– Les marées ne permet que des départs ou des arrivées de nuit pour les longs voyages. Je n’ai pas envie de faire les deux. En outre, à propos d’Helgoland ? Non, je n’y naviguer plus.

Alors, je navigue à nouveau derrière les îles, ou plutôt sous les îles. Wangerooge, Langeoog et maintenant Norderney. Pour cela aussi la pleine marée à midi environ est bien pratique, c’est comme ça que tu navigues toujours entre 10 heures et 12 heures et est le plus souvent à 14 heures déjà de port là, avant qu’il ne devienne vraiment chaud. Quatre heures de soleil sont juste supportables.

Maintenant le vent tourne vers l’ouest, et à partir de mardi je peux continuer. J’en profite pour faire de nombreuses courses, c’est très pratique ici et bien sûr, j’ai oublié quelque chose (sacs poubelle, couteau à pain…). Il est également possible de régler un problème de moteur. Le moteur a perdu une goutte d’huile au niveau de la vidange de la boîte de vitesse et le joint en ruban adhésif ne sera pas éternellement utile.

Je profite donc ici de la décélération absolue, comme il y a deux ans. La saison touristique n’a pas encore commencé, donc tout le monde ici est très détendu.

Malheureusement, je n’ai pas encore pris de photos, je n’étais pas d’humeur à le faire. Bien que pendant le passage du bras de mer Außenharle près de Wangerooge, il aurait été agréable de prendre une video avec ma Gopro. Le chenal zigzague à travers les bancs de sable et à marée basse – encore près de 2 m de profondeur d’eau dans le chenal -, on peut toucher les bancs de sable de très près ou reconnaître les bancs de sable aux vagues déferlantes.

04 juin Norderney

Alors maintenant, j’ai juste apporté le moteur à l’atelier. Déconnectez le moteur de la arrière avait l’air aventureux, mais c’était assez facile. Avec l’aide de la drisse principale et de l’écoute de grand-voile, je n’ai eu qu’à guider le moteur, le soulèvement a fait ma “grue de mât”. 40 kg sont si faciles à manipuler.

Jusqu’à présent, je n’ai rien raté. Le vent ici depuis vendredi vient presque exactement de l’ouest, alors où je veux aller.

05 juin Norderney

Juhu, le moteur est de retour. Demain ça continue !! !!!!

09 juin Harlingen

Hier, je suis arrivé ici à Harlingen. Depuis Norderney, via Borkum et Dokkum, le trajet a été rapide. Mais je n’ai pas beaucoup navigué. Ce début d’été extrême commence à me taper sur les nervs. Le vent d’Est qui est réellement approprié se relâche constamment et le soleil brûle pur. De Norderney à Borkum, j’ai pu naviguer pendant 2,5 heures, jusqu’à ce qu’au sud de Juist, à cause du courant contraire, je ne voyais plus qu’un nœud sur le traceur. Inutile, le moteur a dû être redémarré, près de Borkum il y a encore un haut-fond dans le chenal navigable.

Comment était-il de Borkum à Lauwersoog? Le même jeu, départ à 7h du matin, mais à 8h30 iln’y avait plus de vent. Je ne pouvais pas naviguer à courant contaire dans l’Hubertgat. J’ai donc descendu par la marée descendante jusqu’à entrance de chenal Wagengat, je l’ai atteint exactement à la basse mer et j’ai pu remonter la marée dans les vasières. Pour la deuxième fois, le chenal dans le bras de mer me semble être navigable même (je l’ai déjà passé une fois l’année dernière). Grand surf à gauche et à droite, rien pour les nerfs fragiles. Mais toujours 1,5 m d’eau sous la quille.

L’écluse de Lauwersoog s’est immédiatement ouverte, et j’ai donc décidé de continuer mon voyage vers Dokkum, tout cela sous un soleil de plomb. Mais lentement c’était assez et quelqu’un m’avait entendu. Le lendemain, de Dokkum jusqu’ici à Harlingen, il n’y avait qu’un ciel nuageux et la dernière heure depuis Franeker, il y avait une merveilleuse pluie terrestre.

Maintenant un peu coloré.

J’étais attaché au sur le ponton principal et tous ceux qui passaient par là jetaient un coup d’œil au bateau. Maintenant, vous pouvez le faire aussi.

Après le montage des vidéos, j’arrive maintenant à donner quelques impressions de la navigation en solitaire.

Larguer les amarres avec de l’aide à Norderney

Régler les voiles directement dans l’entrée du port

Dans le delta de marée de Norderney, entre les battures, ça bascule très bien, devant, le chenal va à gauche autour de la bouée et un peu plus tard à droite encore dans le fairway de Memmert.

Amarrage au ponton à Borkum

11 juin IJmuiden

Déjà le troisième jour avec un ciel plus ou moins couvert, c’est comme ça que je l’aime après tout le soleil. La nuit dernière, la température est descendue à 10° C, c’est presque arctique.

Mais un pas après l’autre. Les milles de navigation se multiplient, de Harlingen à Oudeschild sur Texel, je pourrais naviguer sur toute la distance, avec jusqu’à 5 Bft. Je dois à nouveau m’habituer à pousser amica dans l’eau à plus de 6 kn.

Le port d’Oudeschild est encore assez vide, mais presque tout est préparé pour la haute saison.

Ce matin, à 7 heures, le vent dormait encore, bien sûr, mais aux Pays-Bas, tout est douillet, même le vent. Ce n’est qu’à partir de 10 heures qu’il y a eu une brise de NE avec une houle de NW, amica roulant confortablement vers le sud.

Ponctuellement, à 13 heures, le courant contraire commence, donc le reste du tour, nous avons dû naviguer contre lui. Cependant, la journée était encore longue, alors je me suis permis ce plaisir, y compris des petit clapot (vent contre le courant). À 14 heures, nous entrons dans le port d’IJmuiden.

Ici, j’ai même mon agent de sécurité personnel. Lors de l’amarrage, cette mouette est restée assise, mais lorsque j’ai lancé la ligne bleue à l’arrière, elle a volé 2 m dans l’eau. Je me suis immédiatement excusé et voilà qu’elle est revenue tout de suite. Ça doit être un endroit génial.

16 juin Kortgene

Où est-ce? À environ 15 milles nautiques de Flessingue, au nord-est de celui-ci, dans le Veerse Meer, un affluent de l’Escaut oriental, mais fermé à la mer du Nord. Je traîne un peu par ici. J’ai besoin d’une pause de la mer du Nord. J’ai navigué devant le vent d’IJmuiden à Scheveningen et de là, j’ai fait un voyage rapide avec du vent au large jusqu’à Roompotsluis dans l’Osterschelde. De Scheveningen, cela représente environ 50 nm. J’ai eu besoin de 8 heures – y compris le passage de l’écluse Roompotsluis.

D’après le GPS (et marinetraffic.com), l’amica file environ 10 kn au-dessus du sol avant l’embouchure de la Meuse près de Rotterdam. Ici, le courant se précipite également bien, car selon speedométre, ma vitesse maximale était de max. 6,8 noeuds.  Je pensais que la force du vent était d’environ 4-5 Bft, mais toutes les stations avaient mesuré 5-6 Bft. Quand tu navigues devant le vent arrière, on ne le remarque pas de cette façon. J’ai en partie regardé le sommet de la crête des vagues depuis le bas. On s’y habitue rapidement, mais tu dois diriger très prudemment. Deux fois sans faire attention et j’ai déjà eu ma douche de côté. Malheureusement, il n’y a pas de photos, parce que je devais me concentrer. En fait, c’est dommage, je pourrais vous montrer en état du naviguer de mon Waarschip, toujours sur le dessus, comme un bouchon.

Je n’aime pas vous cacher ce pont dans l’Osterschelde. Le pont de Zélande est avec une longueur de 5 km le plus long pont des pay bas avec une hauteur libre de 14 m au NAP. À l’extrémité nord, il y a aussi un pont levant pour les plaisanciers, qui ne connaissent pas la hauteur de leur propre tête de mât. Je suis passé sous le pont à marée basse pour profiter de NAP -1,34 m, juste au cas où. Puis j’ai passé le pont à pleine vitesse, il faut avoir confiance dans les données.

Maintenant, je suis en route pour Flessingue et je peux faire une pause là aussi, car le vent ne sera pas de nouveau favorable avant le milieu de la semaine prochaine. Je pourrais faire plusieurs petits voyages à Calais, mais ce n’est pas nécessaire. De plus, je n’aimerais pas atteindre ma destination, Brighton, avant le début du mois de juillet. Là-bas, Barbara m’attend ; elle montera à bord pour 4 semaines.

21 juin Blankenberge – Belgique

Il n’y a pas grand-chose à dire sur le voyage de Kortgene à Blankenberge en passant par Flessingue, car il s’agissait surtout de voyages au moteur. Une tentative de navigation sur l’Escaut occidental a duré 1 heure et demie, puis j’ai abandonné la navigation. Avec seulement 3 Bft amica ne navigue pas très bien dans cette vague, il y avait un vague de l’ancien vent (peu à temps avant il y avait le vent de SW 6-7 Bft), superposées par les ondes de courant. Naviguer dans ces vagues, ralentit toujours le bateau.

J’aime observer les gens et essayer de me faire une idée de leur mentalité et de leur comportement. Il y a deux ans déjà, j’ai remarqué que les habitants du sud des Pays-Bas sont très agités, qu’ils doivent toujours être en mouvement et ne rien manquer. Cela se remarque encore et encore quand on vient de la Frise. Je ne pense pas que l’on se sente satisfait, c’est du pur stress.

De manière positive, j’ai remarqué cette fois que les jeunes sont très serviables, amicaux et respectueux. J’entends par là ceux qui ont moins de 30 ans, car je ne prends pas mon âge comme point de référence. En revanche, de nombreux membres de la génération des plus de 50 ans ont un style de vie qui semble être façonné par le principe “Le monde m’appartient”. Tout simplement moi d’abord. Pas de salutations, pas de coup de main et aucun intérêt pour les autres. En outre, une certaine impitoyabilité, tant sur l’eau que sur terre. Je veux être le premier dans l’écluse et le chemin m’appartient, vous pouvez toujours passer à droite et à gauche.

Mentalité d’une génération ? Résultat d’une société façonnée par la cupidité ? Je continuerai à observer et à réfléchir, c’est pour cela que je suis sur la route, pour changer de perspective, et vous avez besoin de distance par rapport au turbo-capitalisme.

Maintenant Blankenberge, j’essaie de me faire des amis avec cet endroit. Le port de plaisance est agréable et facile à aborder, c’est pourquoi j’aime entrer ici et non à Zeebrugge, où il faut d’abord passer par le port à conteneurs.

La ligne d’horizon sur le bord de mer m’attire encore et encore, peut-être parce que tout le monde parle de ce développement belge typique sur la mer. À propos, il s’agit du côté sud ensoleillé, la plage se trouve de l’autre côté, le côté nord, à l’ombre des gratte-ciel. Heureusement, la position du soleil est parfaite en haute saison.

L’autre côté de la rue ressemble à ça, en fait assez joli. L’enthousiasme de la Coupe du monde de football peut également être trouvé ici.

Quand les “diables rouges” joueront-ils à nouveau ?

Oh oui, aujourd’hui il y a beaucoup de vent et il n’y a pas que Amica qui dans la vagues. Peut-être que l’Amica commence à se balancer un peu plus tôt.

Une vie de plage vide et une plage de bambou, exagéré ? L’exotisme est apparemment nécessaire partout, mais pas de gens de là-bas.

Les jours de port sont toujours tentants pour travailler sur le bateau.

Les travaux de peinture donnent lieu à des commentaires sympathiques depuis le ponton. Beau bateau, etc.

Coudre les défenses du bateau, superflu ? Protège le vernis et conduit à plus de tranquillité nocturne. Il y avait aussi un avant.

25 juin Calais – France

Avant que je ne quitte le continent demain, un dernier message de l’Europe continentale. Après quelques jours de résidence forcée à Blankenberge, je me suis rapidement dirigé vers le sud-ouest. Je pas saute les ports Nieuwpoort et Dunkerque. Ce sont des ports pour les courtes distances et le courant ne permettait rien d’autre. Depuis 9 heures du matin, le courant de marée venait toujours de l’ouest, ce qui ne convenait pas pour de longs voyages dans cette direction.

À Nieuwport, j’ai immédiatement été invité à une fête sur la jetée : avec du vin, de la baguette, du camembert réchauffé et des choses assez sucrées. Seules 2 personnes parlaient anglais, le reste (environ 10 personnes) seulement français, mais ce n’était pas un problème du tout, tout était terriblement gentil et poli. On peut aussi communiquer avec les mains et les pieds, petit bateau je connaissais encore, j’ai appris quelques morceaux de français dans le processus, et je peux vraiment souligner certaines choses maintenant : merci. Le lendemain, j’ai permis de réessayer la soupe à l’heure du déjeuner.

En naviguant vers Nieuwpoort j’ai fait l’erreur d’aller à courant contraire, en deux heures pour traverser contre le vent j’ai fait 3 miles dans la bonne direction. C’était donc inutile, d’autant plus que le vent a tourné et que j’ai pu longer la côte puis le courant est parti dans la bonne direction. 2 heures pour 3 miles et pour les 14 miles restants en 3 heures, donc le résultat.

Le lendemain, j’ai donc parcouru les 15 miles nautiques jusqu’à Dunkerque en 2 heures et demie, le soir, lorsque le courant était bon. Pour la dernière étape vers Calais, j’ai opté pour le courant précoce, car il faut être à l’entrée de Calais à 9 heures, donc je devais partir à 6 heures. Autant dire que j’étais réveillé à temps. Malheureusement, ça n’a pas marché, même si j’ai laissé le moteur tourner la plupart du temps à cause du vent léger. Le dernier demi-mile, j’ai lutté contre 3 nœuds de courant, avec 2,5 nœuds sur terre, car je ne peux pas gérer plus de 5,5 sous le moteur. Cependant, je suis arrivé et maintenant il semble que je devrai traverser le manche demain, le vent est censé se lever à nouveau.

Quelques photos prises tôt le matin.

Il y a aussi un service de ferry pour Dunkerque.

Les dernières dunes avant les falaises qui commencent après Calais. La distance à la côte est d’environ 2 miles nautiques, donc elles sont assez hautes.

Avant l’écluse Hénon Ecluse, le pont s’ouvre toutes les heures à partir d’environ 3 heures avant jusqu’à environ 3 heures après la marée haute. Le reste du temps, la porte est en outre fermée.

29 juin Pensées dans l’autre monde (de la voile)

La tête se vide, le vent l’a-t-il traversée ? La vue de l’horizon en mer l’a libérée, ou est-ce le temps passé dans un environnement simple qui est déterminant ? Comme il y a deux ans, ce n’est que maintenant et ici que je me rends compte que je suis arrivé complètement dans une autre vie. Je suis sûr que cela a autant à voir avec les 5 semaines que je suis déjà en route. Bien sûr, ici en France, je me rends aussi compte que je suis dans un pays étranger, que beaucoup de choses sont si différentes. Mais je peux aussi m’impliquer. Il est facile de négliger ou de nier quelque chose, surtout si l’on se place toujours au centre de l’attention : Je veux ceci, je veux cela, moi, moi d’abord, à accumuler pour son estime de soi. La tête doit être libre pour ressentir l’autre. En naviguant, je me dis de temps en temps que l’horizon est assez large ici et qu’ensuite il n’y a plus rien à venir. On se sent tout petit, mais on fait partie de ce monde, mais on n’est plus dans un monde de plans, d’objectifs et de procédures. Bien sûr, il devient maintenant plus difficile de continuer. Les conditions de vent m’obligent à être extrêmement prudent avec mon amica, no 5 avec des rafales en plus. Entre Dungeness et Beachy Head, des rafales de 7 à 8 sont annoncées jusqu’au week-end. C’est un tout petit bateau. D’autres peuvent naviguer, pas moi. Mais cela ne me dérange plus d’attendre le bon vent. Bien sûr, j’ai un rendez-vous à Brighton, mais ce qui ne marche pas, ne marche pas. Cela ne me met pas sous pression. Je peux vivre à bord de manière détendue et en profiter. Je n’invente pas de programme alternatif, je n’ai plus besoin de me programmer, je n’ai pas toujours un plan. Actuellement, je fais les choses sur l’agenda. Cela vient comme cela vient. Je n’ai plus l’impression de perdre mon temps. Et je n’ai pas l’impression de manquer quelque chose.

Je gagne l’espace pour faire des observations, les interpréter et ensuite les formuler dans des textes. Un Carrefour est un supermarché comme tous les autres dans le monde. Grand et plein de choses, on se demande toujours qui a vraiment besoin de tout cela. Pourtant, j’aime aller dans un Carrefour, parce que c’est le seul endroit qui vend du beurre breton et du cidre breton, que j’aime tous les deux. Cependant, le fait que les bananes qui y sont vendues proviennent de la Côte d’Ivoire me frappe immédiatement. Vous vous demandez quels sont les gens qui récoltent les bananes là-bas. Qu’est-ce qu’ils gagnent ? Carrefour est un acteur mondial. Il y a tellement de contradictions que l’on doit supporter de nos jours.

Pour la première fois, je remarque des gens dans la rue, littéralement des gens qui y passent leur vie. Il y a deux ans, je n’y faisais peut-être pas attention, ou je ne m’en souviens pas. Est-ce que ça a déjà tellement changé dans la France néo-libérale de Macron ? Y a-t-il déjà visiblement plus de perdants et de gagnants ? Cela va de pair, parce qu’il est censé y avoir plus de gagnants dans la politique économique, il doit y avoir des perdants, sinon les gagnants ne le remarqueraient pas. La politique est aussi une affaire très émotionnelle.

Les pêcheurs et les pêcheurs à la ligne ne sont pas des Français polis. Ils sont très agressifs et se crient dessus. Si vous vous approchez trop près d’eux, par exemple si vous vous approchez trop près de la jetée, devenir très agressif. Heureusement que je n’ai pas compris tout ça.

J’ose raconter une autre narration et jusqu’à présent, ce ne sont que des fragments qui, je l’espère, se condenseront de plus en plus en une narration complète. Pour cela, j’ai besoin d’une vue ouverte et d’empathie, afin que tout ne glisse pas toujours dans le même méta-narratif, ne soit pas classé et écarté selon le même schéma. Tout peut m’ouvrir l’esprit.

27 juin Boulogne-sur-mer

Non, maintenant je ne suis pas changé de côté. Peut-être que je ne devrais pas publier mes plans trop tôt, parfois ils changent très vite. Pourquoi je ne suis pas à Douvres ? La Porte stupide à Calais est tout simplement fermée à l’heure du départ. Avec cette direction du vent, il serait bon d’avoir d’abord pendant deux heures le courant de l’est et ensuite deux heures de l’ouest. Ainsi, vous pouvez rester à l’écart des ferries, car il y a pas mal de trafic ici, plus que dans les voies de la zone de séparation du trafic entre Douvres et Calais. Oui, mais la porte est fermée, elle ne s’ouvre que sur ….., nous avons déjà eu cela. Et Boulogne-sur-Mer à Eastbourne est aussi loin que Douvres à Eastbourne. Alors me voici maintenant.

Maintenant, j’ai de belles photos et des clips de mon voyage à Boulogne-sur-mer.

Naviguer à 3 Bft de vent, vent arrière, courant avant. Si vous regardez l’horizon plutôt que le bateau, vous pouvez voir à quel point c’est agité. Je me suis aussis assis bien calé, c’est pourquoi ça a l’air si calme.

Le début de la côte escarpée près de Calais sur la Côte Sandettie.

Un de ces fameux casiers à homards, difficiles à repérer, avec une laisse dessus, en plein milieu de la photo. Difficilement visible? C’était pareil pour moi et ils étaient là et sont partis rapidement, à environ 6,5 nœuds au-dessus du sol. Seule la probabilité compte: ne pas être touché. Vous ne voulez pas vous y prendre.

Cap Gris Nez depuis le nord

Cap Gris Nez depuis l’ouest

Et ici encore une fois naviguer à 5 Bft, vent et courant dans la même direction. C’est beaucoup plus calme et vous pouvez voir que je ne suis plus coincé.

29 juin Boulogne-sur-mer dernier jour

Aujourd’hui, j’ai fait une plus longue randonnée, d’environ 3 heures, jusqu’à ce que le soleil de midi devienne insupportable. Je voulais aussi capturer quelques belles impressions, comme aller vers le nord, où je ne suis jamais allé auparavant.

Vue sur la marina avec Amica au milieu et le port avec la jetée de pêche. D’ici, il faut environ 20 minutes pour atteindre le môle extérieur, qui est à environ 1,5 miles nautiques. Néanmoins, ici dans le port, on pouvait encore sentir la vague du fort vent du nord.

La jetée sud et le Trafficcenter, avec qui on peut faire des appels radio très sympas. Toujours très agréable.

La promenade du bord de mer et les vestiges de la Seconde Guerre mondiale.

Côte abrupte, pas tout à fait aussi abrupte

La mer avec vue sur la jetée Nord et la campagne : Boulogne-sur-mer Nord

J’ai passé le reste de la journée à me préparer mentalement pour le long voyage vers Eastbourne. Comme on annonce encore jusqu’à 5 Bft pour demain, j’ai dû mémoriser toutes les tonnes, les formations côtières et autres points de passage. En chemin, je n’aurai pas l’occasion de vérifier tout cela à nouveau.

30 juin Eastbourne – Angleterre atteint

Je préfère éviter de faire un rapport détaillé du voyage. Je vais simplement énumérer les données essentielles.

Premièrement, un Waarschip peut résister à beaucoup de choses, cela a été confirmé une fois de plus. Super, comment Amica surfe sur les vagues.

Situation météorologique : Il n’y a presque rien qui change dans ce courant d’air permanent du nord-est. Oui, un été merveilleux sur terre, l’anticyclone au-dessus de l’Angleterre ou de la mer du Nord. Certes, je ne devrais pas être mécontent. Après tout, le vent me pousse dans la bonne direction. Seulement, il ne souffle pas, il souffle fort, et il souffle toujours fort. Pour ce samedi une phase un peu plus faible avec seulement environ 15 nœuds de vent est annoncée.  Après cela, on s’attend à ce que le vent augmente à nouveau jusqu’à 20 nœuds, surtout sur la côte sud de l’Angleterre. 20 nœuds de vent est déjà un fort 5 Bft. Oui, c’est la dynamique de la terre chaude, dans ce cas l’Angleterre.

Le courant va vers le sud-ouest à partir de 6 heures du matin, donc comme je dois aller vers l’ouest, j’ai pu en profiter en partie.

Il a parcouru un long chemin à travers le lac à travers une zone de séparation du trafic, mais je n’ai dû faire une embardée que deux fois. Sinon, il ne se passait presque rien. En mer, mon AIS ne m’a pas fait me sentir si seul, même si je ne pouvais pas vraiment trouver tous les navires. Ce n’est pas étonnant, avec une portée d’au moins 10 miles nautiques.

J’ai un peu trop dormi. Cela signifie : je me réveille et déjà 5 minutes plus tard les lignes en main, une gorgée d’eau, rien d’autre. Mais j’étais à l’entrée du port à 6 heures du matin. Malheureusement, j’ai manqué de prendre un ris dans la grand-voile. Toujours à une vitesse de 6 – 7 nœuds, eh bien, c’est agréable et rapide. Après le premier couloir (ship’s way), j’ai réussi à prendre un ris.

Jusqu’ici cap à l’ouest, maintenant cap au nord-ouest, on doit toujours traverser les couloirs à angle droit. Arrivé exactement comme prévu à la bouée Bullock nord, je suis entré dans le deuxième couloir. Maintenant je pouvais clairement voir la centrale de Dungenes, une très grande centrale nucléaire au cap de Dungenes.

Après ce couloir, je suis immédiatement revenu au cap ouest en utilisant le courant de marée restant. Cela n’a duré que jusqu’à peu avant Hastings. Mais le courant contraire de Hastings à Eastbourne seulement était faible, peut-être 1 noeud.

La côte au large d’Hastings et Hastings elle-même.

Navigué sur l’eau 47.3 miles nautiques

Navigation sur le sol 51,4 miles nautiques, c’est-à-dire le détour près de Hastings.

Ligne droite 48 miles nautiques, mais ce n’était bien sûr pas possible à cause des couloirs.

Temps : 9,5 heures

Voilà ça continue: Angleterre