Catalogne

Lundi 29 avril 2024

Cambrils

Ce qui me ralentit en ce moment, ce sont les vagues qui arrivent exactement là où je veux aller. Et jusqu’à un mètre de haut, ce n’est plus confortable pour moi. Les Cases, le premier port de Catalogne, étaient déserts, ni Oficina, ni Marinero. Ne pouvant débarquer, j’ai immédiatement abordé tôt le matin les 31 milles nautiques autour du delta de l’Èbro. Une fois de plus, le calme est absolu. Bon, ce n’est pas mal pour prendre des photos, mais le Delta de l’Ebro n’offre pas grand-chose.

C’est plat comme un marais, mais sans digues.

Et l’entrée de l’Ebro n’est pas facile à trouver. Quelque part à l’endroit où le bateau à moteur entre.

Le port suivant était L’Ametlla de Mar, un endroit magnifique, le port un peu simple. Je pourrais y rester, mais la météo m’oblige encore une fois à profiter des conditions favorables. Mais sur le chemin de Tarragona, j’ai réalisé que je ne pouvais pas lutter contre des vagues de près d’un mètre. Au début, il y avait encore du vent mi-vent, mais peu avant Cab Salou, le vent a tourné plus au nord et je ne pouvais plus atteindre ce point. J’ai donc décidé d’aller à Cambrils. C’est aussi un très bel endroit avec un grand port. Ici, j’attends maintenant un temps meilleur, car je n’ai pas besoin de partir sous une pluie extrême et continue et les vagues peuvent encore atteindre un mètre de haut, et ce, sans vent.

On le devine ici sur la plage.

La veille, le mauvais temps s’est installé avec des pluies continues. Cela a l’air assez stupide.

Mardi 14 mai 2024

Port de la Selda

C’est probablement le dernier port avant la France puisqu’il se trouve à seulement 17 milles nautiques de Saint-Cyprien-Plage. Je ne suis pas seule depuis dix jours, Barbara est venue à Barcelone. De Cambrils à Barcelone, il m’a fallu deux voyages en bateau et j’ai découvert le magnifique village de Roda de Bara. Il existe donc des endroits tranquilles en Espagne.

Avant cela, il y avait encore le port de Torrodembarra, pour lequel on fait beaucoup de publicité.

Le port est magnifiquement situé sur une pointe,

mais la vue sur le village n’est pas extraordinaire, plage avec des châteaux de béton.

Entre Torrodembara et Port Bara se trouve une grande réserve naturelle, tout n’est que verdure.

https://vimeo.com/943562334?share=copy

Sur le chemin de Port Bara, un étrange Château en bord de mer, intégré à la ville.

À Port Bara, vous passez directement du ponton dans la forêt.

Un petit cap

Il y a aussi des arbres ici qui fournissent de l’ombre dans les rues.

Le dernier tronçon jusqu’à Port Ginesta, le port en face de Barcelone, a été un peu plus mouvementé.

https://vimeo.com/943561081?share=copy

Au début, la mer était calme, puis elle est devenue agitée. Surtout juste avant Port Ginesta, il y avait une côte rocheuse avec le fameux effet de wash back, où les vagues rebondissent sur les rochers. Vraiment énervant.

Port Ginesta est situé près de l’aéroport de Barcelone. On entend un peu les avions, mais seulement lorsqu’ils arrivent du sud, c’est-à-dire d’ici, et ce n’est pas bruyant. Barbara n’a mis qu’une vingtaine de minutes en taxi pour venir ici. Nous sommes restés ici encore quelques jours, notamment pour visiter Barcelone. Encore une fois, c’est une déception, les grandes villes sont à éviter. Avec tous ces gens, on ne pouvait pas distinguer la ville, c’est pourquoi il n’y a pas de photos.

Le port est un peu triste et il ne se passe encore rien.

Mais les fans du Barca ou de Messi sont là aussi.

Le bateau du port

Et un joli coin de plage juste à côté du port.

Avec en plus un café.

Et une petite maison près de la voie ferrée.

Après Port Ginesta, nous avons traversé Barcelone jusqu’au port d’El Masnou. Une bonne décision, car il y a beaucoup moins de monde ici, même si c’est encore une banlieue de Barcelone. Les trains y circulent toutes les cinq minutes et le trajet du port à la ville est long. C’est pourquoi nous ne l’avons pas fait, mais nous avons continué tôt le lendemain matin vers Blanes.

Là-bas, nous avons pu faire du shopping et nous réapprovisionner, mais nous n’avons pas eu le temps d’explorer les nombreuses ruelles.

Nous avons tout de même trouvé le chemin de la vieille église.

Et des balcons ronds

Le long de la Costa Brava, vous remarquerez que la côte rocheuse domine. Nous sommes au pied des Pyrénées. À Sant Feliu, nous avons pris une journée de pause, principalement pour pouvoir utiliser correctement nos jambes.

Il y avait des sentiers de randonnée directement depuis le port le long de la côte rocheuse et pour des personnes inexpérimentées comme nous, c’était assez fatiguant.

En revanche, il y avait de belles vues

et un escalier qui se termine dans les rochers.

Estartit, le port suivant, a été pour nous le point de départ vers la pointe est de l’Espagne continentale.

Un bonjour matinal à Estartit

Cadaqués, célèbre pour Dali

Puis une belle côte boisée

https://vimeo.com/946146163?share=copy

Et un autre beau château

Cab de Creus, la pointe orientale

Des rochers nus entre lesquels nous pourrions naviguer. Nous avons préféré naviguer de l’extérieur.

Et maintenant, nous sommes à Port de la Selva, profitant de cette journée pluvieuse.

Ce n’est que le début, mais ça devient déjà intense. Ici, la pluie colle aux montagnes.

Fidèle à nos adieux à l’Espagne sous le soleil et le vent, quoiqu’avec un vent contraire, le lendemain nous a invités à partir en randonnée. Nous avons recueilli de nombreuses impressions dans ce bel endroit.

De belles petites ruelles

Des sentiers de promenade et de randonnée le long de la côte

Des montagnes vertes et escarpées

Art du graffiti sur le port

Voici à quoi ressemblait l’endroit il y a environ 80 ans

Cette cabane existait probablement déjà

Seul ce bateau de pêche n’est certainement pas aussi vieux, mais c’est tout de même aussi un bateau ancien.

Et avant qu’ils ne soient rattrapés, au revoir l’Espagne et la Catalogne.

Ça continue ici : Sud de la France