La Rochelle – A Coruna

Royan

Mardi, 27 septembre 22

Je suis maintenant ici à Royan et le temps est conforme aux prévisions. Hier midi, le W 6-7 est arrivé à l’heure, puis la pluie le soir. La nuit, le temps s’est calmé, seule la houle se faisait légèrement sentir dans le port. Ce soir, la pluie devrait continuer et à partir de midi, le vent devrait à nouveau se renforcer, passant de 5 Bft à 7 Bft la nuit prochaine.

Demain mercredi, toute la journée. Je crois que j’ai bien fait de me dépêcher d’arriver ici. C’est tout de même plus agréable ici qu’à La Rochelle, du moins en ce qui concerne les alentours du port. La vue sur le golfe de Gascogne est unique.

La côte vers le sud, juste pas de soleil.

Vieille maison de la SNSM, pas vraiment en bon état, mais le style de construction méridional est indéniable : toit plat avec des bardeaux clairs.

Je ne connais ces boulevards avec restaurants et de magasins dans les ports qu’au Portugal.

Avec le grand taud, j’ai élargi mon espace de vie à bord, la pluie ne me dérange plus autant. Le temps ne devrait guère changer d’ici au week-end prochain. Ce n’est que la semaine prochaine qu’un léger vent d’est et une faible houle de 1 m sont à nouveau annoncés. Ma route vers l’Espagne !

On commence à rencontrer à nouveau des passionnés de voile, ceux qui considèrent la live à bord comme une philosophie de vie. Depuis le sud de la Bretagne jusqu’à l’embouchure de la Gironde, ils se sont cachés ou ont tourné le dos à cette région côtière. La voile y est dominée par les vacanciers, les plaisanciers du week-end et le circuit des régates. Ici sur Royan, je me sens davantage chez moi.

Dimanche, en allant vers le sud, j’ai eu l’impression d’avoir franchi une frontière invisible. Avant La Rochelle, la mer était pleine de bateaux, à peu près à mi-chemin après l’île d’Oléron, ils ont tous fait demi-tour. À l’exception de quelques pêcheurs, j’étais le seul à naviguer encore ici.

Passer l’étroitesse de la pointe sud de l’île d’Oléron était aussi une aventure de navigation, notamment la traversée vers le large. C’est une zone très plate où les “pêcheurs aux piquets” pratiquent probablement l’élevage de moules et d’huîtres sur chaque banc de sable. Tous les bancs de sable sont délimités par des piquets, c’est pourquoi je les appelle “pêcheurs aux piquets”. Il est donc impossible de s’échouer sur des bancs de sable. Les deux chenaux de navigation qui mènent au pont sont à peine marqués, si l’on excepte les perches avec des signes top. Avec un bon sondeur – je l’ai à nouveau – et un traceur, il faut parfois chercher son chemin. Il n’y avait qu’une seule fois 2 m de fond, sinon toujours 4 à 8 m.

Mais c’est la sortie en mer qui a été la plus difficile. En mer du Nord, cette sortie est appelée “Seegatt”. Ils appellent cela profane un passage et ils ont mis des tonnes. Il faut avoir confiance en ce chenal de navigation, car d’après les profondeurs indiquées sur mes cartes marines, il passe tout droit sur des bancs de sable, mais j’ai rarement fait moins de 8 m. Le véritable chenal de navigation auquel je m’attendais n’était pas indiqué. Il y a tout de même 1,5 m de houle, et elle se brise violemment, comme j’ai pu le constater.

En mer, à un bon mille nautique de la terre, tout allait à nouveau bien, sauf que la houle nous secoue légèrement avec une profondeur d’eau de 15 m. À l’exception de quelques rafales, il n’y avait à nouveau pas de vent, heureusement que j’ai maintenant toujours assez d’essence sur moi.

Donostia – Saint-Sébastien

Vendredi 7 octobre 22

Hier, j’ai atteint l’Espagne et passé la frontière à 13 heures environ, au nord le Cabo Higuer. Maintenant, je suis ici à San Sebastian, je pense et je ressens seulement de la folie. Au début de l’année, je ne pensais pas pouvoir aller aussi loin avec ma petite amica. Ce qui est extrême, c’est la distance déjà parcourue avec une longueur de ligne de flottaison du bateau de 6 mètres. Ici, je plonge dans un tout autre monde, non seulement sur le plan linguistique – j’apprends avec ardeur – mais surtout sur le plan culturel et historique.

Mais encore une fois, dans l’ordre. À Royan, j’ai fait une pause de huit jours, que j’ai mise à profit pour effectuer des réparations. Sur le plan technique, j’ai dû faire des aménagements et tout doit être monté. Je vais devoir poncer et vernir plus souvent les surfaces vernies naturelles. Le soleil casse la peinture. Mon panneau photovoltaïque a rendu l’âme depuis un certain temps et, après de longues recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que mon panneau n’était adapté qu’aux latitudes nordiques. Ici aussi, je pense que le rayonnement UV et la chaleur extrême ont provoqué des cassures dans les cellules. Il existe en effet des panneaux plus adaptés à ces latitudes. Bon, je ne l’ai pas fait et j’ai donc dû calculer quelle consommation d’électricité était autorisée et sur quels consommateurs pour que ma batterie puisse tenir une longue tournée de nuit (au moins 12 heures). En tout cas, il n’est pas possible de laisser tourner mon pilote automatique pendant tout ce temps (environ 24 à 26 heures). Le maximum possible est de 8 heures en tout, mais je dois limiter au minimum la luminosité du traceur.

Ensuite, j’ai profité de ce temps pour m’assurer une fois de plus de ma décision de parcourir 130 nm d’une seule traite. Sur le trajet, il n’y a que le bassin d’Arcachon et Capbreton. Selon marinetraffic.com, cette semaine, avec plusieurs jours de vent, il n’y avait que des pêcheurs la côte, mais aucune au sud d’Arcachon. Certains ont navigué dans le bassin d’Arcachon, mais pas dans l’estuaire. Je ne renonce pas beaucoup des badnews et des moins badnews, je veux comprendre ce qui se passe. Il n’est pas nécessaire de parler de la houle atlantique, elle va toujours, et encore plus haut en automne et en hiver. Les bancs de sable se déplacent en permanence, comme c’est le cas chez nous en mer du Nord, à cause des grandes mers. Je peux donc aussi comprendre que la meilleure fenêtre d’entrée semble être deux heures avant la marée haute, par mer calme et marée de printemps. Alors en principe une fois toutes les deux semaines, si les autres facteurs sont réunis. Il y a une entrée avec seulement quelques bouées, que même les pêcheurs n’utilisent pas, car ils connaissent leur chemin.

Le problème de Capbreton est un peu différent. Certes, le sable joue ici aussi un rôle décisif, mais la formation d’un seul banc de sable est probablement due à une autre cause. Dans le golfe de Gascogne, il y a le Gouf de Capbreton, un canyon sous-marin de 800 mètres de profondeur qui s’étend jusqu’à l’entrée du Capbreton. À deux milles nautiques de l’entrée, il y a encore 100 mètres, ce qui provoque des vagues extrêmes, ce n’est pas pour rien que Capbreton est aussi un spot de surf. Le seul banc de sable s’est déplacé exactement dans l’entrée. À marée haute, il y a à peine 3 m d’eau, la houle va inévitablement se briser. Les autochtones peuvent s’y essayer, ce n’est pas pour moi.

Amica a reçu sa “tente” pour que je puisse travailler en paix.

La houle de 7 Bft n’était pas très visible en Gironde.

Le lundi 3 octobre, un temps calme et estival s’est à nouveau installé. C’était un cadeau d’anniversaire pour moi, car à partir d’aujourd’hui, j’ai 68 ans. Chaque fois qu’on me demande comment je vais, je peux répondre, que physiquement tout va bien. Certes, j’ai parfois besoin de deux jours de repos, mais ça va. Mentalement, c’est plus compliqué de répondre à la question. D’une part, il faut être un peu fou, dans le sens où l’on vient d’une autre planète. Qui s’imposerait volontairement une telle épreuve ? Pour cela, il faut certainement comprendre l’amour de la mer et de l’autre vie. Mais on grandit aussi mentalement grâce aux expériences vécues. En principe, la réponse devrait être : un peu bizarre.

Pour limiter la durée de mon voyage, j’ai décidé de naviguer en permanence à moins cinq nœuds, c’est-à-dire au moteur, car le vent doit être faible et tournant comme souhaité. Largué les amarres à 11 heures, l’objectif était d’arriver à Anglet le lendemain avant midi. Au bureau du port, j’ai appris pourquoi personne ne naviguait au sud d’Arcachon. Ils sont en train de tirer dans leur zone d’exercice de tir. Mais les soldats aussi se couchent, les horaires de tir étaient compris entre 11 heures et 17 heures. La nuit, il ne se passe rien, c’est donc parfait pour le traverser la nuit.

Dernières photos du 3 octobre :

La pointe du Médoc

Une houle vraiment importante à la sortie de la Gironde vers le sud-ouest

La nuit rapide s’est installée à l’heure du coucher du soleil à huit heures, pas de long crépuscule, en un clin d’œil, il faisait nuit.

Que dire de la nuit ?

– J’avais sous le nez un voilier suédois qui faisait le cap, toujours visible quelques milles devant sur le traceur.

– De 17 heures à 23 heures, un brisé du nord s’est levée. Cela rendait la piloter assez désagréable, avec une houle d’ouest et une mer de vent du nord. C’est pourquoi j’ai mis fin à une tentative de voile vers 19 heures, toujours juste avant l’empannage. La nuit s’est installée à l’heure du coucher du soleil à huit heures, pas de long crépuscule, en un clin d’œil, il faisait nuit.

– Depuis le Cap Ferret Central, on était pris en charge la nuit. Vers 22 heures, le premier appel VHF avec les questions : ma destination, d’où, combien de personnes à bord. L’appel n’était pas bref, mais accompagné de beaucoup de texte, si bien que je n’ai pas compris au début qu’il s’agissait de moi. Puis encore une fois vers une heure du matin, avec l’information qu’un véhicule était ancré devant moi. C’est ce qui se passe quand on laisse tourner son transpondeur AIS.

– des drapeaux de pêche qui passent rapide.

– Beaucoup d’odeurs de pin venant de la côte

– De temps en temps, un peu de chimie dans le nez, mais je n’ai vu que la lune et les étoiles.

Quinze minutes plus tard, je pouvais m’amarrer à Anglet, et ce, après seulement 24,5 heures. Une courte sieste le jour, puis 12 heures la nuit, je me sentais presque en forme. Mais il vaut mieux faire une pause d’un jour supplémentaire, le temps devrait rester clément. C’est ainsi que j’ai pu enregistrer les premiers phénomènes basques.

Des drapeaux aux fonctions diverses

Parfois sous le drapeau national

Parfois sous la barre de flèche, de manière un peu exagérée.

Et aussi sur le mât du club nautique local.

Et une référence à l’ETA sur la jetée

La vue vers Biarritz

Et oui, la houle de l’Atlantique est là pour surfer sur les vagues

Des jetées en ruine que je n’ai pas vue comme dans le brouillard

Les 25 miles nautiques jusqu’à Donostia-San Sebastian ont été une expérience d’un genre particulier. Pas la houle agaçante qui, vers la fin du tour, était de plus en plus haute et croisée, non, tout à coup, il y avait plus que des rochers : des montagnes.

Encore dans la brume

Déjà clairement

Derrière la petite colline se trouve le port. Je vais faire de cette montagne ma première randonnée au sommet, pour commencer 200 m suffisent.

Getxo (Bilbao) jeudi

13 octobre 22

J’ai passé quelques jours agréables et intéressants à Donostia-San Sebastian. J’ai volontairement fait cette pause pour me rapprocher de l’Espagne. De temps en temps, il faut regarder quelque chose, et il y en avait suffisamment.

Amica au Pays basque

J’ai d’abord été sur le Monte Urgull, mais il ne faisait que 137 m de haut et j’ai fait l’ascension en 20 minutes. Mais tout de même, une montée et une descente.

La vieille ville a beaucoup de ruelles étroites et colorées.

Avec des petites boutiques appelées Eroski.

Des bars à tapa avec du jambon au plafond.

Il y a aussi eu des manifestations et parfois des affiches restent accrochées.

Un jour, il y avait plus de 2 m de houle, mais ils peuvent quand même sortir tranquillement ici,

même si la haute houle se brise sur les rochers à gauche et à droite.

Il y a une baie paisible et pour la première fois une vue sur les montagnes de l’arrière-pays.

Le lendemain, je me suis remis en route par temps de pluie et le chemin était sombre. La côte était dans la brume et, en tant que côte nord, toujours dans l’ombre ou en manque de lumière.

Darkcoast près de Mutriku

Entrée à Mutriku

Tres Nudos et en basque 3 Korapilo

Photos du port, éclaircies numériquement

Le lendemain matin, la pluie était toujours là et je commençais à me demander comment on pouvait supporter cet endroit sans soleil. Il fait sombre toute la journée.

Bermeo a un panorama portuaire chic.

Mais ici aussi, comme dans les ports précédents, l’hiver se faisait sentir. Les pontons ont été mis hors service, Internet a été coupé et l’alimentation électrique ne fonctionnait plus non plus. À Bermeo, je n’ai même pas pu débarquer, j’étais dans un port privé de pêcheurs où tout était fermé à clé. J’ai donc repris la route à neuf heures du matin et j’ai même pu naviguer les deux dernières heures jusqu’à Getxo, avec les premiers signes de soleil. Il devrait en être ainsi plus souvent maintenant et peut-être que ça marchera mieux avec la voile.

J’écris toujours Getxo ici, parce que c’est le nom de la ville. Bilbao est à 5 bons kilomètres, on peut y aller en métro si on le veut, moi non. Une journée de pause, une lessive, des courses et de l’essence, puis nous continuons vers l’ouest. Ah oui, je vais encore prendre quelques photos.

Et les voici.

Je n’étais à Gexto que pendant deux jours, mais j’ai marché quatre fois dans cette direction pour faire du shopping.

Le seul coin sympa.

Le soleil n’a pas réussi à dissiper la brume.

Comme c’était un peu trop cher pour moi, à un peu moins de 29 € par jour, je ne pouvais plus regarder. Vendredi, nous avons continué vers Laredo en Cantabrie, pas au Texas.

Ribadesella

Mardi, 1er novembre 22

Aujourd’hui est un moment inhabituel pour moi pour écrire sur la navigation. En novembre, l’amica était à terre depuis longtemps, hauteur et sec. Je dois encore m’habituer à passer l’hiver à bord. Mais ici aussi, l’automne a fait son entrée, certes les températures sont toujours comprises entre 18 et 20 degrés, et cela ne changera pas, sauf que la nuit, il fait maintenant assez frais. Cela est certainement dû aux montagnes, car la température de l’eau est assez agréable avec 18 degrés. En outre, la durée du jour a considérablement diminué, à peine 10 heures.

En ce qui concerne le temps, il y a d’abord eu un fort courant de sud pendant 14 jours, qui a apporté beaucoup de pluie au Portugal, en Galice et dans le centre de l’Espagne. C’était provoqué par une dépression stationnaire loin au large de la côte ouest du Portugal, qui n’a tout simplement pas bougé. Sur la côte ouest, il y avait en permanence 5 à 8 Bft du sud avec les vagues correspondantes. Ici, sur le versant nord des Pyrénées, il n’y a pas de pluie, seulement un foehn sec, parfois avec de fortes rafales. Les prévisions de vent sont occasionnellement les suivantes : vent du sud de 2-3 Bft, avec des rafales de 8 Bft. C’est ce que j’ai vécu à Laredo et plus tard à Santander avec des rafales de 55 nœuds. Absolument pas un vent de voile pour amica.

En route pour Laredo, la Costa Verde de Cantabrie.

Laredo m’a agréablement surpris : un port beau et spacieux, toutes les possibilités d’approvisionnement à proximité immédiate et beaucoup de choses à découvrir à pied.

Le port, avec beaucoup d’espace

Pour les montagnes plus élevées, il faut toutefois une voiture. En revanche, il y a une grande plage.

Je n’ai pas trouvé le chemin sur cette colline, mais j’ai trouvé un tunnel en dessous.

On pouvait alors se croire dans la mer, avec toutes sortes de créatures marines et même un coffre au trésor.

La côte nord au bout du tunnel

Le restaurant El Fantastico avec des bananes en guise de décoration.

Et on fait une fois de plus de belles rencontres. Pendant mon séjour à Laredo, le vent du sud s’est ensuite installé. J’ai attendu cinq jours avant de profiter de ce que je pensais être une fenêtre météo vers Santander. Mais sur les sept derniers miles vers Santander, j’ai alors reçu des rafales de SW 5 avec des rafales de 6-7 Bft presque exactement de face. Cela n’était pas prévu avant le soir, mais c’est arrivé dès 13 heures. J’ai péniblement parcouru les mille restants au moteur jusqu’à Puerto Chico. Le moteur aussi a dû se battre, je n’arrivais généralement qu’à trois nœuds de vitesse. La petite vague – heureusement, le vent soufflait encore très légèrement de la terre – mouillait tout, même moi. Les éclaboussures volaient quasiment à l’horizontale au-dessus du bateau.

Et Puerto Chico ? Un port très étrange, personne n’était disponible pour s’inscrire, ni sur le canal VHF 9, ni par téléphone, et sinon tout était très privado. Après 30 minutes, j’ai de nouveau levé l’ancre et parcouru 2,5 miles nautiques jusqu’à la Marina del Cantrabico, près de l’aéroport de Santander. Là, un homme du port était immédiatement prêt à m’expliquer tout ce qu’il fallait savoir, à effectuer les formalités d’inscription directement sur le bateau et même à aller chercher rapidement un pain. Il n’y a malheureusement aucune possibilité d’approvisionnement dans ce port ou à proximité immédiate. Il n’est pas non plus possible d’y louer des vélos. Le supermarché le plus proche est à une bonne heure de marche à travers la zone industrielle. Et je n’ai pu voir Santander que de loin.

J’ai passé neuf jours ici, avec un vent du sud persistant et de fortes rafales. Ma petite excursion avec amica au port de la ville de Santander au bout de cinq jours a permis d’éclaircir définitivement la question du Puerto Chico. Cette fois-ci, il y a eu au moins une aide pour trouver un amarrage, mais en me rendant au prétendu bureau du port, je suis tombé dans un autre monde, ou plutôt sur une autre planète. Cette histoire de privado est probablement due au fait qu’il s’agit d’une association très exclusive. D’abord, ils ne m’ont pas laissé entrer – privado – pour effectuer l’inscription et ensuite, ils ne veulent apparemment pas non plus de transitos, c’est-à-dire d’invités. Sinon, comment expliquer qu’ils demandent près de 100 € pour amica, por dia !!! Je suis reparti tout de suite, retour vers la Marina del Cantrabico, 10 € por dia.

Le décor de montagne est toujours aussi beau

L’aéroport ne m’a pas vraiment dérangé, il y a trop peu d’avions qui partent d’ici.

L’allée de palmiers est déjà impressionnante

Barbara est arrivée le sixième jour. Nous avons fait ensemble les gros achats qui étaient devenus nécessaires. C’était une combinaison d’un long trajet à pied et d’un taxi. Il est donc possible.

Vieux bateau en bois en train de sécher

Ville de Santander, il paraît que ce n’est pas beau non plus à l’intérieur de la ville.

Vendredi, nous sommes partis en direction de San Vincente de la Baquera avec l’option terminer le tour à Suances. Une fois de plus, le vent était nul, mais la houle atteignait 1,5 m et, nous semblait-il, vagues réfléchissantes de la côte rocheuses laissée amica se balancer violemment. Nous avons donc essayé d’entrer dans Suances, une grosse erreur. La houle se brisait sur toute la largeur de la baie et le chenal d’entrée n’était pas clairement identifiable. De plus, les profondeurs du chenal étaient relativement inconnues. Lorsque amica s’est posé sur une vague et a commencé à la surfer à 10 nœuds, je l’ai fait tourner sans hésiter juste avant le môle. Résultat : beaucoup d’eau dans le cockpit et beaucoup d’adrénaline. On ne peut pas entrer ici et nous avons de ce fait continué vers San Vincente, le balancement violent n’avait pas d’importance.

La côte au large de San Vicente

Entrée de San Vicente

Nous savions à l’avance qu’il n’y avait pas de douches ou de toilettes ici, mais au moins, nous avons pu obtenir un emplacement de mouillage et trouver de l’eau et de l’électricité. Nous sites directement sur la promenade, c’était donc un peu bruyant. Pendant la nuit, un pêcheur a dû tuer son gros poisson sur le ponton, ce qui a duré un bon moment. Le lendemain matin, nous avons vu des éclaboussures de sang partout. La deuxième nuit, il y avait un karaoké ou quelque chose comme ça à l’arrière. Il y avait de la musique douce et quelqu’un prenait un micro et chantait à tue-tête. Cela a duré jusque tard dans la nuit. Se reposer, c’est différent.

C’est pourquoi nous nous sommes promis de nous rattraper dans le prochain beau port. Et Ribadesella semble être le bon endroit. Très bien situé et à distance du front de mer. La petite ville est très belle et, en plus de l’eau et de l’électricité, il y a des duchas.

Entrée de Ribadeselle

Môle de Ribadesella, dont il faut s’approcher très près, même à marée basse il y a encore assez de profondeur. Ensuite, ça tourne à gauche.

Cette ribadesella nous retient, non pas parce qu’il fait mauvais ici ou que le vent est trop fort, la houle est tout simplement trop forte. Surtout à la sortie.

Sortie paisible à marée basse

Avec une houle minimale, on peut entrer ici même à marée basse. On voit bien l’eau tourbillonnante du chenal, qui doit toujours avoir 2 m de profondeur.

Mais il peut en être tout autrement. Nous n’avons pas pu sortir pendant des jours.

Ribadesella est entourée de montagnes.

Mais elles ne font qu’à peine 800 m d’altitude.

Devant nous, les montagnes, l’entrée avec une forte houle, on se sent enfermé au fil du temps. Même si tout cela est très beau à voir, d’une manière ou d’une autre, nous voulons aussi continuer à naviguer.

Gijon

Mardi 15 novembre 22

Après tout, nous avons réussi à venir ici, il y a trois jours. Certes, le soleil brillait, mais il faisait encore assez frais à huit heures du matin. À midi, la chaleur de 20 degrés est arrivée. Les deux premiers jours, le ponton des invités était un peu agité et nous nous sommes déplacés vers le bassin intérieur du port.

Les quatre dernières semaines, nous n’avons pas beaucoup avancé. Ce n’est pas parce que nous trouvions que c’était si beau partout. Cette situation météorologique persistante de vent de sud-ouest, qui a envoyé beaucoup de chaleur vers le nord de l’Europe, nous empêche de naviguer ici. Les dépressions se déplacent trop au sud sur l’Atlantique, puis d’ici vers le nord-est en fonction du courant d’air. Mais elles ne parviennent jamais à chasser l’anticyclone persistant sur le nord-est de l’Europe. Il s’agit alors d’une autoroute pour les dépressions, alimentée en outre par des ex-ouragans. L’Atlantique Nord est donc lui aussi mis en mouvement. La houle qui arrive ici a la hauteur correspondante. Cela ne correspond plus aux statistiques météorologiques.

Les conditions pour un petit bateau se dégradent. D’abord, c’est la mauvaise direction du vent et un vent fort qui m’ont fait rester cinq jours à Laredo. Ensuite, j’ai dû faire une pause de 11 jours à Santander parce que les rafales étaient trop fortes et à Ribadesella, la forte houle m’a retenu près de 14 jours. Maintenant, le vent d’ouest se lève ici avec de la pluie et à nouveau une houle de 3 m, qui devrait durer jusqu’à fin novembre. De plus, les températures baissent temporairement de 12 degrés pendant la journée.

C’est tout ? Dois-je penser à passer l’hiver ici ? Pour les pointes près de A Corogne et de Cap Finistère jusqu’au Portugal, j’ai besoin d’une situation météorologique calme et stable avec des vents du nord et de l’est. Pour cela, il faut une zone de haute pression qui s’étende jusqu’à la Bretagne. Une telle chose existe vraiment ! Mais s’il vous plaît, que ce soit stable et pas toujours pendant deux jours, mais une fois durant deux semaines. C’est le temps dont j’ai besoin jusqu’à Porto.

Gijon

Samedi 26 novembre 22

Dix jours après le dernier rapport et toujours à Gijon ? Alors qu’au début de mon parcours dans le golfe de Gascogne, je m’émerveillais encore devant les petites vagues, un autre monde se présente maintenant. En mer, on ne peut plus naviguer, rien ne va plus. Presque aucun yacht ne sort, toute la côte nord espagnol semble vide, tout comme la côte ouest. Ce n’est qu’au sud de Lisbonne, que l’on voit à nouveau du mouvement sur l’eau via l’AIS. C’est devenu l’hiver avec les phénomènes habituels qui l’accompagnent : une grande houle, de temps en temps une tempête ou un vent fort venant de l’ouest, de l’humidité et du froid. Ces derniers jours, les messages d’alerte indiquaient que la houle était de 5 à 7 m Mar Combinada et que les vents d’ouest à nord-ouest soufflaient de 7 à 8 Bft.

Malheureusement, la qualité des vidéos prises dans la baie voisine n’est pas très bonne, car je n’avais pas pris ma GoPro.

Le classique

Des vagues qui se brisent

Deux jours plus tard avec moins de mer

Et maintenant, la policia portuaria a même fermé la jetée du port.

Barbara a pris l’avion pour rentrer chez elle. Nous avons passé les deux derniers jours ensemble dans un hôtel.

De là, nous avons pu voir les premières neiges au sommet des montagnes.

Malheureusement, c’est difficile à voir, les smartphones ne permettent pas de le faire à distance.

Il est bien sûr agréable de profiter dès 20 degrés par temps ensoleillé, car le soleil est très puissant sous ces latitudes. Ce n’est que la nuit que le thermomètre descend presque toujours à des valeurs à un chiffre. Et lorsque le soleil ne brille pas, la température ne dépasse guère les 14 degrés en journée.

Gijon est l’une des plus grandes villes du nord de l’Espagne, il y a donc une infinité de choses à découvrir. Voici quelques impressions :

De nombreuses ruelles charmantes

Style architectural typique

Câblage aventureux, mais ça doit fonctionner

Notre hôtel

Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Je suis toujours en train d’attendre qu’il y ait à nouveau des moments de calme en mer, j’aimerais au moins aller jusqu’à La Corogne. Là-bas, on peut laisser le bateau plus longtemps à un prix avantageux et aussi rentrer rapidement à la maison.

Avile

Vendredi 2 décembre 22

Au vu des températures à peine à deux chiffres, j’ai décidé de faire la trêve hivernale. Ici à Aviles, amica a une bonne couchette, sûre et bon marché. L’aéroport des Asturies Aviedo est accessible en 20 minutes en bus. Je préparerai un peu l’Amica pour l’hiver, puis je m’envolerai pour Hambourg. Je serai de retour l’année prochaine en mars.

Au revoir